Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Avertir le modérateur

  • Les exportations françaises vers la Belgique

    En 2016, plus de 45 800 entreprises ont exporté vers la Belgique depuis la France, pour un montant de 30,1 milliards d’euros, soit 6,8 % des exportations françaises. Dans un contexte de faible dynamisme du marché belge (+ 1,4 % de croissance en 2016), les exportations françaises vers la Belgique (- 0,9 %) se replient de façon modérée en 2016, à un rythme toutefois inférieur à celui de l’an dernier (- 2,7 % en 2015, après – 5,1 % en 2014). Ainsi, la part de la Belgique dans le total des exportations se stabilise à 6,8 % en 2016. La Belgique, qui était le 2e client de la France en 2014, se classe 6e en 2015 et 2016. La Belgique reçoit 11,4 % des exportations de la France vers l’Union européenne. La part de marché à l’exportation de la France en Belgique s’établit à 9,7 % en 2015, nettement supérieure à celle de la France dans les exportations mondiales de biens (3,1 %). Selon les statistiques belges, la France serait le 3e fournisseur de la Belgique en 2015, derrière les Pays-Bas et l’Allemagne. Quatre secteurs sont à l’origine de la moitié (56 %) des exportations françaises vers la Belgique : les matériels de transport (18 %), les produits issus de l’industrie agroalimentaire (16 %), les produits chimiques et parfums (11 %), les équipements et machines (11 %). Les ventes de matériels de transport (+ 10,1 %) et d’équipements et machines (+ 5,9 %) à destination de la Belgique affichent des taux de croissance particulièrement élevés en 2016. En léger repli l’an dernier, celles de l’industrie agroalimentaire retrouvent le chemin de la croissance en 2016 (+ 1,7 %). À l’inverse, les exportations de produits pharmaceutiques (- 11,2 %) et chimiques (- 1,1 %) continuent de reculer. Au regard du poids du marché belge dans les exportations par secteur, la Belgique ressort comme un débouché important pour les exportateurs de produits agroalimentaires et agricoles, pharmaceutiques et du secteur Bois, papier, carton, qui exportent plus de 10 % du total de leurs ventes à l’étranger vers la Belgique.

  • Une vieille passion aérienne

    C'est quelque chose que ma famille ne sait que trop bien : je suis passionné par les avions de chasse. Cela remonte à loin. Enfant, je ne sortais jamais sans avoir au moins un avion de chasse en poche : c'était presque devenu mon ami imaginaire. S'il ne m'accompagne évidemment plus à chaque sortie, il attend aujourd'hui un autre enfant à qui plaire : il décore la chambre de mon petit bout, et j'espère qu'un jour, il fera son bonheur. Bien sûr, cette passion s'est adoucie avec les années, mais je me suis fait la promesse solennelle qu'un jour, je m'offrirais un vol à bord d'une de ces merveilles. Chose que j'ai enfin réalisée tout récemment, en effectuant un vol en Fouga. Il est difficile de faire un retour sur le sujet, tant les émotions sont encore présentes. Mais ce que je peux d'ores et déjà vous dire, c'est que cette expérience est clairement tout en haut du podium des activités extraordinaires que j'ai eu l'occasion de faire dans ma vie ! Les émotions que m'a offertes ce vol resteront pour toujours gravées dans ma mémoire. Je me suis aperçu à cette occasion de la différence colossale qu'il peut y avoir entre savoir une chose et la vivre. Car évidemment, je m'étais pas mal informé sur les sensations qui m'attendaient lors de ce vol un peu particulier. J'avais lu tout ce qu'il y a à savoir sur les facteurs de charge, les risques, et les nausées éventuelles. Sauf que j'avais beau savoir tout ça, je n'étais pas prêt pour autant ! C'est lorsque mon corps a dû subir physiquement tout cela que j'ai redécouvert à quel point la théorie n'est rien comparée au réel. Certaines acrobaties étaient si intensives qu'elles en devenaient effrayantes, certains virages étaient si brusques que je craignais de m'évanouir à tout instant. C'était intense au-delà des mots. Et je dois bien reconnaître que, bien que j'aie adoré ce vol, j'ai poussé un petit soupir de soulagement lorsqu'est venu le moment de rejoindre le plancher des vaches ! Il faut dire que ma tête avait pris depuis quelques minutes une intéressante couleur verdâtre. Si vous aimez les expériences extrêmes, je vous recommande en tout cas vraiment l'expérience ! Je vous mets d'ailleurs le site par lequel je suis passé pour mon vol, si vous vous sentez une âme d'aventurier. A lire sur le site de cette expérience de vol en avion de chasse.