Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Avertir le modérateur

  • Conférence de Reims

    A l'occasion d'un séminaire que j'ai suivi à Reims en Champagne mardi dernier, un intervenant s'est intéressé à la question musulmane, et notamment au visage que prendrait le monde musulman dans les années à venir. Et il était intéressant qu'il ne dessinait pas un visage mais deux, bien distincts. Il montrait que même si le paradigme occidental séparant religion et autorité laïque séduit de moins en moins les musulmans, il est possible que l’accent mis sur l’économie et, facteur encore plus important, l’irruption des femmes dans le monde du travail, alimentent de nouvelles formes d’un islam progressiste. Cela ne veut pas dire que les filières extrémistes disparaîtraient; à court terme, elles bénéficieraient même du malaise provoqué par le nouveau rôle des femmes et par des modèles familiaux inédits. Mais, avec le temps, si la sécularisation du sud de l’Europe peut servir de référence, la diminution de la fertilité favorisant , la stabilité religieuse et politique, on pourrait voir fleurir et se développer des versions modernes de l’islam d’ici à 2025. La diffusion des dissensions politiques à travers le discours religieux — variante de la renaissance mondiale des identités religieuses après la fin de la Guerre froide — et les efforts des États pour manipuler les courants islamistes renforceront la prégnance de l’islam sur la politique et les sociétés du Moyen-Orient. Par voie de conséquence, des pressions en faveur d’un plus grand pluralisme politique conféreront probablement plus de poids au rôle des partis politiques islamistes et favoriseront la réflexion sur les interactions et les influences réciproques qui devraient exister entre l'islam et la politique, promesse d’une grande agitation politique et sociale. Le Moyen-Orient et l’Afrique du Nord conserveront en 2025 leur importance géopolitique, qui repose sur le rôle essentiel du pétrole pour l’économie mondiale et sur des risques d’instabilité. L’avenir de la région dépendra de la manière dont ses dirigeants géreront les retombées du pétrole, les évolutions démographiques, les pressions en faveur de changements politiques et les confiits régionaux. Lors de ce séminaire à Reims, un autre intervenant soulignait cependant un fait intéressant, un avantage que pourrait avoir la région. Il expliquait que démographiquement, un certain nombre de pays de la zone Moyen-Orient-Afrique du Nord en sont au même point que Taiwan et la Corée du Sud avant leur grand démarrage, dans les années 1960 et 1970. Au cours des quinze prochaines années, dans des pays comme l’Égypte, la part de la population active (âgée de 15 à 64 ans) va excéder celle de la population économiquement dépendante dans une proportion nettement supérieure à celle que connaissent d’autres pays. Un tel écart permettrait d’accélérer la croissance économique, pour peu que les gouvernements mettent en œuvre les politiques économiques et sociales appropriées. C’est dans les États d'Afrique du Nord et du Golfe que les perspectives d’avenir sont les meilleures. Ce séminaire en Champagne était, contrairement à bon nombre d'autres que j'ai pu faire récemment, riche et intéressant. Même l'organisation y était plus qualitative qu'à l'habitude, c'est dire. D'ailleurs, je vous mets en lien l'agence qui s'est occupée de la logistique : si vous cherchez à monter un événement de qualité, ils font vraiment du bon travail. Suivez le lien pour leur contact.

  • Les nouveaux intellos

    Ils sont philosophe, historien, économiste, banquier d'affaires... et incarnent toutes les De petits yeux ombrageux surmontés d'un immense front. une tête d'intello au sens presque morphologique du terme devenue la figure iconique des jeunes libéraux. Son CV aussi a de la gueule: normalien, agrégé de philosophie, ancienne plume de Christine Lagarde, sélectionné sur la première liste du prix Goncourt pour son roman Octave avait vingt ans et président de l'influent think tnak Génération libre. Ses idées épousent assez bien l'air du temps, lassé du consensus mou, attiré par des thèses corrosives. et celles de Koenig paraissent carrément décapantes: il veut plus de liberté partout et le moins possible d'intermédiaires administratifs, associatifs ou syndicaux, tous enclins à édicter des paquets de normes. D'où son admiration pour le constituant de la Révolution française Le Chapelier, auteur de la loi sur l'interdiction des corporations et compagnonnage. Pour lui les décennies 2010 et 2020 seront libérales en économie et libertaires sur le plan sociétal. "La société de l'individu autonome accélérée par l'ubérisation de l'économie et le développement des réseaux sociaux s'accorde parfaitement avec la pensée libérale." Et avec le bonheur collectif? Réponse dans quatre heures: il adore le sujets de philo.

  • De l'intelligence de l'homme

    Comme cause intelligible, l'homme peut commencer spontanément et de lui-même ses effets dans le monde sensible, sans que l'action commence en lui. Aussi n'est-il pas soumis à la loi de toutes les déterminations de temps, à la loi nécessaire de tout ce qui change et se meut. Dans cette sphère, il est conçu libre de toute influence sensible et de toute détermination phénoménale. Quand nous avons expliqué un mensonge par toutes les conditions antécédentes, cette explication nous empêche-t-elle de blâmer le menteur? Non, répond Kant. Nous attribuons donc à la raison un pouvoir indépendant de la sensibilité et transcendant, pouvoir dont elle aurait pu faire usage et dont elle n'a point fait usage. Mais il ne faut pas entendre par là que la raison aurait pu dans le temps, après toutes ses actions antérieures et dans les mêmes circonstances, produire exactement le phénomène contraire, par la décision particulière d'une liberté d'indifférence. Si tel homme n'avait pas menti à tel moment, il n'aurait pas fait telle chose auparavant, ni telle autre chose; toute la série de ses actions phénoménales et tout son caractère empirique auraient été changés; ce changement dans la direction visible ou dans la règle de la conduite empirique supposerait un autre caractère intelligible: l'homme n'aurait donc pu ne pas mentir qu'en ayant un autre caractère intelligible. Mais précisément, rien n'empêche de croire, ajoute Kant, qu'il aurait pu avoir cet autre caractère; car le caractère intelligible est indépendant de la série totale des phénomènes, qu'il produit selon une règle et dans une direction dont il est l'auteur. En d'autres termes, chaque action, considérée par rapport aux antécédents chronologiques, n'aurait jamais pu être autrement; mais, par rapport à son antécédent métaphysique, à la puissance intelligible de l'être raisonnable, elle aurait toujours pu être autrement, parce que l'être raisonnable aurait toujours pu, comme chose en soi et dans le monde intelligible, déterminer autrement la totalité de la série empirique, en se donnant à lui-même un caractère moral différent. Notre vie entière ne fait que dérouler dans sa variété ce que notre caractère intelligible enveloppe dans son unité. Tels nous nous faisons dans l'ordre intemporel de la réalité absolue, tels nous apparaissons dans le temps, image mobile de l'immobile liberté. Tels nous nous faisons, avons-nous dit, et non pas: tels nous nous sommes faits. On ne peut dire en effet que nous soyons aujourd'hui les esclaves du caractère que nous nous sommes donné dans le passé, car pour la liberté intelligible il n'y a point de passé. La liberté est toujours actuelle, sans être à proprement parler ni présente, ni passée, ni à venir. Dire:—J'agis aujourd'hui et j'agirai demain en vertu du caractère que je me suis donné dans le passé,—ce serait transporter la fatalité du temps, avec son ordre successif, dans la réalité intelligible. La liberté étant pour ainsi dire, dans la pensée de Kant, omniprésente et simultanée à toutes nos actions, il faut dire plutôt:—J'agis en vertu du caractère que je me donne librement,—sans entendre par là un acte de liberté qui descendrait présentement dans la série phénoménale. De même encore, nous ne devons pas croire l'avenir prédéterminé par le présent, sinon dans l'ordre chronologique; à considérer l'ordre métaphysique, l'avenir sera dans le temps ce que je le détermine à être du haut de ma volonté intemporelle.